Logo Coinbase
Connexion

Cette semaine en Bitcoin : du 17 au 22 février

Publié le 2 février 2021

Vue d'ensemble

Au cours d'une semaine importante, la capitalisation boursière du Bitcoin a franchi pour la première fois la barre des 1 000 milliards de dollars. Nous avons également observé un nouveau niveau record (les prix ont dépassé 58 000 $ le 21 février) et une volatilité retrouvée en fin de semaine. Que vient-il au juste de se produire ?

Commençons par la bonne nouvelle : l'Amérique du Nord a finalement obtenu un fonds négocié en bourse en Bitcoin (ou ETF), si ce n'est au Canada. (Les traders espèrent que ce lancement rendra plus probable l'approbation par la SEC de fonds similaires aux États-Unis.) Les actualités concernant les grandes institutions continuent de tomber, JP Morgan ayant publié un rapport concluant ainsi : « Le Bitcoin n'est pas prêt de disparaître ». 

À l'extrémité moins enthousiaste du spectre ? Deux déclarations datant du 22 février. Janet Yellen, secrétaire au Trésor, a émis un avertissement affirmant que le Bitcoin était un moyen « extrêmement inefficace » d'effectuer des transactions. Et plus tôt dans la journée, le fondateur et PDG de Tesla, Elon Musk, a tweeté que les prix « semblent élevés ». (Le rebond actuel était dû en partie à l'investissement récent de Tesla de 1,5 milliard de dollars dans les bitcoins.)

Le Bitcoin est souvent comparé à l'or. Comme Bloomberg l'a indiqué aujourd'hui, sa liquidité reste beaucoup plus limitée. Dans la pratique, son volume limité signifie que le Bitcoin peut connaître des fluctuations de prix erratiques en réponse à des signaux largement considérés comme positifs (l'investissement de Tesla) ou moins positifs (le tweet de Musk, après lequel les prix ont brièvement baissé de 10 %).

Points clés

  • Au cours d'une semaine historique, le bitcoin a franchi la barre des 50 000 $ (en voie pour atteindre un sommet historique de 58 000 $) et a vu sa capitalisation boursière dépasser les 1 000 milliards $.

  • Des entreprises historiques, dont Morgan Stanley et Bank of New York Mellon Corp (la plus ancienne du pays), ont révélé de nouveaux plans pour le Bitcoin, en indiquant, selon les termes du Wall Street Journal, une « plus large acceptation de la monnaie numérique autrefois marginale » chez les géants traditionnels de la finance.

  • Le nouveau Purpose Bitcoin ETF au Canada, le premier Bitcoin ETF nord-américain, a été lancé avec un volume d'une valeur de 400 millions $ au cours de ses deux premiers jours de négociation. Grâce aux ETF, les investisseurs peuvent s'exposer à des actifs tels que l'or ou les BTC sans avoir à les détenir eux-mêmes. « Lorsqu'un Bitcoin ETF arrivera, le cas échéant, enfin aux États-Unis, la croissance pourrait être explosive », rapporte Bloomberg. 

  • Dans une note à ses clients, JP Morgan a souligné la popularité du Bitcoin auprès des investisseurs de la génération Y et a conclu que cette cryptomonnaie « n'était pas prête de disparaître ».

  • Le dirigeant de DoubleLine Capital LP, Jeffrey Gundlach, qui a longtemps investi dans l'or, considère désormais que le Bitcoin est une meilleure affaire, en dépit de la réputation de l'or en tant que valeur refuge en période d'inflation croissante. Jusqu'à présent cette année, le prix de l'or a baissé à mesure que le prix du Bitcoin a augmenté. « Le Bitcoin pourrait être l'actif stimulant », a conclu Gundlach. « Il ne ressemble pas à l'or. »

Coup de projecteur : Elon Musk parle de la stratégie Bitcoin de Tesla

Tesla a ajouté 1,5 milliard $ en bitcoins à sa trésorerie d'entreprise le 8 février, et au cours des derniers jours, son PDG Elon Musk a commencé à expliquer la stratégie de l'entreprise en matière de Bitcoin via une série de tweets. Dans son style typiquement non corporate, M. Musk a souligné que cette décision était logique à une époque où les taux d'intérêt était extrêmement bas. « Le fait de détenir des bitcoins, qui représentent tout simplement une forme de liquidités plus intelligente que les espèces, est peu aventureux pour une société appartenant au S&P 500 », a-t-il déclaré. « Cependant, lorsque la monnaie fiduciaire a un intérêt réel négatif, il faudrait être stupide pour ne pas aller voir ailleurs. »