Logo Coinbase
Connexion

Tour d'horizon n° 9 : L'arrivée des guerres de protocoles dans la DeFi

Introduction : une guerre couve sur la blockchain

Le Tour d'horizon de Coinbase apporte un éclairage sur les questions clés du domaine des cryptomonnaies. Dans cette édition, Justin Mart explore l'apparition de guerres de protocoles dans la DeFi, ainsi que d'autres actualités notables dans ce domaine.

Les applications basées sur la blockchain sont par défaut ouvertes et transparentes. C'est une caractéristique bénéfique, car tout le monde peut inspecter le projet et confirmer que les choses fonctionnent comme il se doit. Mais elle s'accompagne d'un effet secondaire intéressant. Étant donné que le code source est public, il est également facile pour toute personne de copier des projets existants (faire un « embranchement » du projet), d'en modifier quelques éléments et de lancer une plate-forme concurrente.

Au fur et à mesure que l'écosystème de la DeFi s'agrandit, certains projets commencent à bénéficier d'une solide adaptation aux produits et au marché, avec de véritables flux de revenus. Il n'est donc pas surprenant que la communauté se débatte actuellement avec les implications qui sous-tendent les guerres de protocoles - la possibilité pour quiconque de procéder à une modification d'un projet couronné de succès et d'essayer de lui voler sa part de marché. Examinons un exemple.

La première guerre de protocoles : Sushiswap contre Uniswap

La guerre des protocoles a débuté à la fin du mois d'août lorsqu'un groupe anonyme de développeurs a soudainement annoncé Sushiswap, une nouvelle plate-forme d'échange décentralisée (DEX) copiée presque entièrement sur Uniswap, mais avec une petite modification : l'ajout d'un jeton $SUSHI par Sushiswap, agissant à la fois comme jeton de gouvernance (les détenteurs peuvent voter sur les propositions et les modifications de la plate-forme) et permettant d'accumuler 0,05 % (5bps) de tous les volumes de transactions sur la plate-forme.

L'ajout du jeton $SUSHI n'était pas révolutionnaire, mais Sushiswap affirme que son modèle offre de meilleures incitations aux pourvoyeurs de liquidités (liquidity providers, LP). Si cela s'avère vrai, Sushiswap pourrait gagner plus de liquidités qu'Uniswap, ce qui conduirait à une meilleure exécution des transactions pour les traders, et au final à un plus grand volume pour Sushiswap. Ce marché est important, car Uniswap génère actuellement des frais de plus de 1 million de dollars par jour (mais principalement payés aux LP).

Mais il y a un autre problème. Sushiswap a également adopté le yield farming comme un mécanisme équitable de distribution des jetons ainsi qu'une voie intelligente pour transférer les liquidités d'Uniswap vers Sushiswap. Cela fonctionne comme suit :

  • Des liquidités (comme ETH ou USDC) sont fournies à certains pools d'Uniswap, ce qui donne droit à des « jetons Uniswap-LP-Pool » qui représentent votre part de liquidité dans ces pools.

  • Ces jetons Uniswap-LP-Pool sont déposés dans un contrat Sushiswap (en les bloquant, ce qu'on appelle le « staking ») et Sushiswap fournira une portion proportionnelle de jetons $SUSHI lors de leur distribution. C'est ainsi que le $SUSHI est introduit sur le marché : il est donné aux utilisateurs qui engagent leurs liquidités sur Sushiswap.

  • À un point spécifié à l'avenir, les contrats intelligents de Sushiswap convertiront tous les jetons Uniswap-LP-Pool bloqués en jetons Sushiswap-LP-Pool, échangeant simultanément tous les actifs de pool Uniswap bloqués et les déposant dans des pools Sushiswap identiques.

Le résultat final ? Les liquidités d'Uniswap migreraient automatiquement vers Sushiswap, une migration alimentée par les utilisateurs cherchant à recevoir leur part proportionnelle de jetons $SUSHI ! Dans les faits, cela reviendrait à amorcer efficacement une nouvelle DEX tout en paralysant simultanément l'acteur existant. Soit une guerre de liquidités totale.

Alors que s'est-il passé ?

De quoi alimenter une petite telenovella... En bref, près de 2 milliards de dollars de jetons Uniswap-LP-Pool ont été déposés dans des contrats Sushiswap, rapportant à leurs déposants des jetons $SUSHI. Les rendements pour ces déposants ayant opté pour le staking sur Sushiswap ont parfois atteint jusqu'à 1 000 % APY, ce qui a entraîné une hausse. Parallèlement, en s'appuyant sur ces dépôts solides, $SUSHI a été coté pour être négocié sur les DEX, ainsi que sur certaines bourses centralisées, et sa valeur s'est rapidement appréciée, atteignant les 300 millions de dollars de capitalisation boursière.

Ensuite, tout a commencé à péricliter au cours de la semaine suivante. Le prix a commencé à baisser, car de plus en plus de jetons ont été attribués à des exploitants, qui pour certains, n'étaient intéressés que par une vente la plus rapide possible de ces jetons. Cette baisse a incité le développeur principal anonyme (« Chef Nomi ») à vendre une tranche de 14 millions de dollars de jetons $SUSHI pour garantir un financement à long terme. Cependant, cela a été un choc pour la communauté et une trahison de la confiance (il s'était précédemment engagé à ne pas vendre de jetons), et il a été évincé du projet (il a ensuite présenté ses excuses et restitué les fonds).

Mais le mal était fait. Bien que Sushiswap ait réussi la migration des liquidités d'Uniswap et ait lancé sa plate-forme d'échange, l'énergie et l'enthousiasme initiaux étaient retombés. À la décharge de Sushiswap, le projet a maintenant pris vie de lui-même, ciblant des intégrations potentielles avec d'autres blockchains comme Solana, et traçant son propre chemin.

Il est intéressant de noter qu'Uniswap n'est pas resté passif devant l'attaque. Alors que la plate-forme n'avait pas auparavant de jeton natif, on pourrait dire que cela est soudainement devenu un inconvénient critique. Par conséquent, le 17 septembre, Uniswap a dévoilé le $UNI en tant que jeton de gouvernance et a rapidement largué environ 1 000 $ en $UNI à chaque utilisateur précédent d'Uniswap, récompensant ainsi les contributions passées et dans le même temps la fidélité continue en distribuant également les $UNI restants par l'intermédiaire du yield farming.

Aujourd'hui, Sushiswap maintient une TVL respectable de 300 millions de dollars, un volume quotidien de 40 millions et une capitalisation boursière de 100 millions de dollars. Pas mal pour un projet lancé il y a un mois, mais néanmoins tout petit au regard d'Uniswap avec ses 2,2 milliards de dollars en volume, 300 millions de dollars par jour et 300 millions de dollars en capitalisation boursière. La première bataille a été remportée par l'acteur existant.

Autres attaques

Si Sushiswap a été le pionnier du mouvement, d'autres lui ont rapidement emboîté le pas. Voici quelques exemples remarquables :

Toutes ces attaques sont survenues au cours des deux derniers mois, avec plus ou moins de succès. Mais il est à noter qu'aucune n'est parvenue à détrôner l'acteur existant. Cependant, chaque projet a réussi à survivre et à prendre sa propre place, avec ses propres communautés qui construisent de nouvelles fonctionnalités pour optimiser leurs produits en fonction de leur marché.

Implications : les guerres de protocoles et l'avenir de la DeFi

Le fait qu'aucune de ces attaques n'ait réussi à détrôner un acteur existant est rassurant. Considérez les implications si Sushiswap réussissait - on pourrait dire qu'ils ne feraient que prédire leur propre perte en établissant la preuve d'un modèle d'attaque réussie. Cela apporterait de l'eau au moulin de tout autre projet calqué sur cet exemple qui viserait tout simplement à attaquer Sushiswap de la même manière ! Mais leur incapacité à surpasser Uniswap à ce jour est un point de repère précoce mais important indiquant qu'il peut être nécessaire d'opérer une véritable différenciation pour gagner sur le marché ouvert. Et incidemment, la nouvelle feuille de route de Sushiswap suggère des fonctionnalités plus ambitieuses qui pourraient apporter cette nécessaire différenciation.

L'implication plus profonde est que les frais de changement dans la DeFi pourraient être plus importants que prévu. Bien qu'il soit simple de copier du code, vous ne pouvez pas copier une communauté, une marque, un lien de confiance ou des intégrations et une mentalité au sens le plus large. Mais quelle que soit la raison, les clients semblent être attirés par Uniswap plutôt que par d'autres, ce qui lui permet de conserver son avance actuelle.

Cela appelle quelques autres observations :

  • Le yield farming avec lancement équitable pourrait ne pas être viable pour une croissance à long terme : les attaques de guerre de protocoles sont alimentées par la distribution de la majorité (et parfois de la totalité) des jetons directement aux utilisateurs du protocole. Mais la durabilité à long terme exige un alignement des incitations à long terme. Une fois vos jetons distribués, comment inciter les développeurs à poursuivre leur développement ? Une communauté sera-t-elle en mesure d'encadrer et de gérer correctement ces protocoles naissants au fil du temps ? Ces questions sont épineuses et beaucoup de réponses sont possibles, mais ce n'est pas clair à ce jour.

  • La gouvernance communautaire sera difficile : les projets décentralisés qui adoptent la gouvernance basée sur les jetons sont des constructions nouvelles et comporteront probablement de nombreux compromis. Ce problème est exacerbé dans les projets de type « guerre de protocoles », qui, par définition, sont nouveaux et nécessitent la formation rapide d'une communauté pour réussir. Par conséquent, ils sont susceptibles d'attirer plus naturellement des parties prenantes à court terme, qui pourraient ne pas être alignées à long terme.

  • Ploutocratie ou démocratie ? : Dans le cas de Sushiswap, une rumeur largement répandue suggère qu'un riche fonds est fortement impliqué, mettant en jeu des millions de dollars et s'arrogeant une allocation significative de $SUSHI, suffisante pour exercer un contrôle solide sur l'avenir du protocole. Les implications ici sont multiples, mais ces projets pourraient finir par ressembler à des ploutocraties plutôt qu'à des démocraties.

  • L'anonymat a un côté sombre : Beaucoup de ces projets ont des fondateurs anonymes (comme « Chef Nomi »), ce qui peut être à la fois bénéfique et dommageable - cela permet à n'importe qui dans le monde de contribuer à un nouveau protocole et de s'en approprier une partie, mais cela signifie aussi potentiellement que de mauvais acteurs pourraient en profiter pour créer des projets malveillants qui se terminent en escroquerie en volant tous les fonds par une porte dérobée cachée.

Au final, cette nouvelle ère sera fascinante à observer. Cela ressemble à des modifications de blockchains, comme Bitcoin vs Bitcoin Cash ou Ethereum vs Ethereum Classic, mais avec des applications plutôt que des blockchains. Comme c'est le cas pour les modifications, ces applications doivent rapidement rassembler une communauté, démontrer une supériorité du produit et espérer détrôner les acteurs existants. Mais tout comme nous l'avons vu avec les modifications de blockchain, il n'est pas possible de modifier une communauté, ses développeurs, la confiance qu'elle a bâtie ou sa marque et son état d'esprit.

Cela est de bon augure pour l'avenir de la DeFi. Cela signifie que les fondateurs qui créent des projets uniques et travaillent dur pour se créer un avantage au sein de la communauté et susciter un attrait peuvent se prémunir d'une certaine défense contre les attaques de type guerre de protocoles. En fin de compte, cela encourage davantage d'entrepreneurs à créer de nouveaux projets et à faire avancer la DeFi.

En bref : commentaires sur les actualités éminentes

Actualités de Coinbase

Actualités du secteur de la cryptomonnaie

Actualités des cryptomonnaies institutionnelles

Actualités des entreprises émergentes dans le domaine de la cryptomonnaie