Logo Coinbase
Connexion

Les 7 plus grands mythes concernant le bitcoin

Debunking Bitcoin Myths

Alors que le bitcoin atteint de nouveaux records historiques et que des sujets brûlants d'actualité émergent presque tous les jours, cela nous a paru être un moment opportun pour examiner certains des plus grands mythes et idées reçues au sujet de la première cryptomonnaie au monde, de vérifier leur bien-fondé et de rétablir la vérité. Si vous pensez, par exemple, que la valeur du bitcoin est « basée sur de l'air » ou qu'elle est trop volatile pour être utilisée dans le monde réel, ce guide est fait pour vous. Nous séparons les faits de la fiction, sans contourner les risques légitimes, pour esquisser un portrait fidèle de la cryptomonnaie la plus populaire au monde.

Mythe n° 1 : le bitcoin est une bulle

Même s'il est vrai que certaines personnes achètent des bitcoins comme un investissement spéculatif à la recherche de rendements importants, cela ne signifie pas que le bitcoin lui-même est une bulle. Les bulles sont des cycles économiques caractérisés par des hausses non viables de la valeur du marché. Elles finissent par éclater lorsque les investisseurs se rendent compte que les prix sont beaucoup plus élevés que la valeur fondamentale d'un actif. Le bitcoin est parfois comparé à une première bulle spéculative tristement célèbre : la « tulipomanie » néerlandaise du XVIIe siècle. En 1637, les spéculateurs ont causé une multiplication par 26 du prix de certaines variétés de tulipes. La bulle a duré six mois, s'est effondrée et ne s'est jamais rétablie.

La véritable histoire :

  • Le bitcoin a traversé de multiples cycles de prix sur une période de plus de 12 ans, et il s'est redressé à chaque fois pour atteindre de nouveaux sommets. Comme pour toute nouvelle technologie, des cycles d'expansion et de récession sont attendus. Par exemple, à la fin de l'ère des dot.com dans les années 90, l'action d'Amazon a baissé d'environ 100 dollars à seulement 5 dollars, avant de devenir l'une des entreprises les plus valorisées du monde au cours des décennies suivantes. 

  • Certains grands investisseurs en bitcoins pensent que les oscillations de Bitcoin constituent un modèle typique des marchés jeunes. Selon eux, les bitcoins augmenteront et se retrouveront avec des mouvements de balancier plus petits et des durées plus longues entre ces moments jusqu'à ce qu'à un moment donné à l'avenir, cela se transforme en une relative stabilité. Mais seul le temps nous le dira. 

Mythe n° 2 : le bitcoin n'a pas d'utilisation dans le monde réel

Les détracteurs aiment à affirmer que le bitcoin n'est pas utile dans le monde réel, ou que s'il a une utilité, il sert surtout aux activités illicites. Aucune de ces affirmations n'est vraie. Le bitcoin est depuis longtemps un moyen d'effectuer des paiements à n'importe qui dans le monde, sans qu'une banque ou un service de paiement ne joue les intermédiaires. Et il est de plus en plus utilisé par les grands investisseurs institutionnels comme une couverture contre l'inflation, à l'instar de l'or.

La véritable histoire :

  • Ces dernières années, le bitcoin est devenu de plus en plus populaire en tant que valeur-refuge résistant à l'inflation, tout comme l'or, ce qui lui a valu le surnom d'« or numérique ». Un nombre croissant de grands fonds et de sociétés cotées en bourse (Tesla, Square, MicroStrategy) ont acheté pour des millions, voire des milliards de dollars de bitcoins afin de mieux gérer leurs actifs. 

  • Tout comme l'or, les bitcoins sont rares (il n'existera jamais plus de 21 millions de bitcoins.) Évidemment, l'or est lourd, encombrant et difficile à transporter et à conserver. Le bitcoin, quant à lui, peut être envoyé par voie numérique aussi facilement qu'on envoie un courriel.  

  • Le bitcoin a reçu une attention négative lors de ses premières années car il était considéré comme un moyen de paiement sur le dark Web. Mais lorsque le premier grand marché du dark Web de février a été fermé, les prix du bitcoin ont augmenté après seulement quelques jours, et ils ont continué à augmenter. 

  • Comme toute forme d'argent, il y aura des abus et détournements. Mais par rapport aux dollars américains, l'utilisation illicite du bitcoin est une goutte d'eau dans la mer. Selon un rapport récent, 2,1 % du volume des transactions en bitcoin en 2019 étaient liés à des entreprises criminelles. 

  • Et comme toutes les transactions en bitcoin se font sur une blockchain ouverte, il est souvent plus facile pour les autorités de traquer les activités illicites que dans le système financier traditionnel. 

Mythe n° 3 : le bitcoin n'a pas de valeur réelle

Si le bitcoin n'est pas adossé à un actif physique comme l'or, le dollar américain ou toute autre monnaie fiduciaire moderne ne l'est pas non plus. Le bitcoin est programmé en dur pour être rare, ce qui le rend résistant à l'inflation. L'inflation avec les monnaies fiduciaires peut se produire lorsque de grandes quantités sont créées, diluant ainsi l'offre existante. 

La véritable histoire :

  • Il n'existe et n'existera jamais que 21 millions de bitcoins. La rareté est un des moteurs principaux de sa valeur. 

  • Non seulement l'offre est plafonnée, mais la quantité de nouveaux bitcoins en cours de minage diminue au fil du temps d'une manière prévisible. Tous les quatre ans, lors d'un événement appelé « halving », les récompenses payées aux mineurs du réseau sont réduites de moitié. 

  • Cela permet de s'assurer que l'offre est toujours en baisse, ce qui, selon le principe économique fondamental de la rareté, a permis de maintenir le prix des bitcoins à grande échelle à la hausse sur le long terme, passant de moins d'un cent au début à plus de 50 000 $ à la mi-février 2021. (Voir le prix actuel du bitcoin.)

  • Le bitcoin tire également sa valeur du travail que les ordinateurs du réseau fournissent via un processus appelé minage. Des ordinateurs performants du monde entier fournissent une grande quantité de puissance de traitement pour valider et sécuriser chaque transaction (en échange, ils sont récompensés par de nouveaux bitcoins). 

Mythe n° 4 : le bitcoin sera simplement remplacé par un concurrent

Le bitcoin est la première devise numérique véritablement couronnée de succès. Et même si les nouvelles cryptomonnaies se sont depuis longtemps engagées à dépasser Bitcoin par le biais de nouvelles fonctionnalités ou d'autres avantages, aucune n'a été près d'y parvenir

La véritable histoire :

  • Bien que des milliers de cryptomonnaies rivales aient été créées au cours des dix dernières années, le bitcoin a toujours été et reste la cryptomonnaie qui a le plus de valeur au regard de la capitalisation boursière, et de loin.

  • Il s'agit également de la cryptomonnaie la plus populaire, représentant environ 60 % du marché des cryptomonnaies.

  • Parmi les raisons, citons l'avantage de « premier venu » de Bitcoin, ainsi que la pureté de sa mission en tant que devise décentralisée et ouverte. 

  • Ce qui ne veut pas dire que les concurrents n'ont pas le droit d'essayer. Le bitcoin est décentralisé, ce qui signifie qu'il est exploité par une communauté mondiale de mineurs et de nœuds, plutôt que par une autorité centrale. 

  • Par exemple, si l'architecture sous-jacente de Bitcoin doit être modifiée afin d'ajouter de nouvelles fonctionnalités, de nouvelles caractéristiques ou pour se protéger contre un bug nouvellement découvert, la communauté peut lancer une modification pour mettre le réseau à niveau. 

  • Pour que la mise à niveau soit acceptée, une majorité de 51 % de la communauté doit soutenir le changement. Cela permet au bitcoin de s'adapter et d'évoluer selon les besoins, comme on l'a vu avec la mise à niveau du Segregated Witness (« SegWit ») de Bitcoin en 2017. 

  • Comme le logiciel est open source, les développeurs qui ne peuvent pas obtenir le consensus de la communauté peuvent même créer une modification dure de la blockchain Bitcoin (appelée « hard fork ») et créer une toute nouvelle cryptomonnaie. Par exemple, Bitcoin Cash a été créé de cette façon ; mais jusqu'à présent, aucun clone de Bitcoin n'a été près de remplacer l'original.

  • Bien sûr, le domaine fait l'objet d'une grande quantité d'innovations, il est donc envisageable qu'un plus grand concurrent puisse émerger. Mais au vu des circonstances actuelles, la plupart des experts ne pensent pas que le remplacement de Bitcoin soit une issue probable dans un avenir proche.

Mythe n° 5 : l'investissement dans le bitcoin est un jeu d'argent

S'il est vrai que le bitcoin a connu une volatilité des prix significative au cours de la dernière décennie, cela n'est pas surprenant pour un marché jeune et en développement. Depuis la première pierre de Bitcoin en 2010, il a régulièrement gagné en valeur sur le long terme, avec une capitalisation boursière dépassant les 1 000 milliards de dollars (en date de février 2021 ; consultez la capitalisation boursière actuelle). Et tandis que le bitcoin continuait à mûrir, une structure réglementaire robuste dans divers pays du monde entier a contribué à attirer une vague d'investissements institutionnels (Tesla, fonds spéculatifs). 

Le fin mot de l'histoire :

  • Il y a une justification fondamentale pour qu'un investisseur en bitcoins croie que la valeur de ses positions devrait augmenter, alors que dans un casino, vous savez d'emblée que les chances sont en faveur de la maison. Bien sûr, il n'y a aucune garantie quant aux performances futures ou à la poursuite des résultats, mais la tendance à long terme du bitcoin au cours de la dernière décennie est à la hausse. 

  • Une stratégie d'investissement populaire pour réduire l'impact de la volatilité est la moyenne des coûts en dollars ; dans cette stratégie, vous investissez un montant fixe chaque semaine ou chaque mois, quelle que soit l'évolution du marché. Cette stratégie génère généralement des rendements positifs indépendamment de la volatilité dans un contexte de tendance positive. 

  • La volatilité du bitcoin semble diminuer. Une récente analyse de Bloomberg a comparé la récente période haussière connue par Bitcoin au boom de 2017, et a constaté que la volatilité est considérablement plus faible cette fois-ci. À quoi cela est-il dû ? À la montée en puissance de participants institutionnels et à l'effet stabilisateur global de la « généralisation » des cryptomonnaies.

  • Déterminer si le bitcoin ou toute autre cryptomonnaie devrait figurer dans votre portefeuille d'investissement dépend de votre situation personnelle, de votre tolérance au risque et de votre horizon de placement. Et même si le bitcoin a connu une tendance à la hausse constante au cours de la dernière décennie, il a également connu d'importants cycles baissiers. Les investisseurs doivent faire preuve de prudence lorsqu'ils négocient des marchés volatils (et envisager de travailler avec un conseiller financier avant de procéder à des investissements massifs).

Mythe n° 6 : le bitcoin n'est pas sécurisé

Le réseau de Bitcoin n'a jamais été piraté. Son code source ouvert a été examiné par d'innombrables experts en sécurité et informaticiens. Le bitcoin a également été la première monnaie numérique à résoudre le problème de la double dépense, en faisant une réalité des monnaies de pair à pair « sans nécessité d'un lien de confiance ». De plus, toutes les transactions en bitcoins sont irréversibles.

La véritable histoire :

  • De nombreuses idées reçues concernant la sécurité du bitcoin découlent d'attaques visant des entreprises et services tiers qui utilisent le bitcoin, et non le réseau Bitcoin lui-même. Des piratages célèbres ayant touché des entreprises pionnières du bitcoin aux procédures de sécurité défectueuses (comme celle qui a atteint la plate-forme d'échange basée au Japon Mt. Gox) ainsi que des fuites de données occasionnelles (comme celle qui a touché les utilisateurs du fournisseur de portefeuille Ledger) ont amené certains utilisateurs à remettre en question la sécurité du bitcoin.

  • Le protocole principal de Bitcoin a fonctionné en toute sécurité avec un temps de disponibilité de 99,9 % depuis sa création en 2009.

  • Une quantité considérable de puissance de calcul sécurise le réseau. Et les mineurs qui alimentent le réseau sont répartis dans le monde entier, avec des nœuds dans 100 pays, ce qui signifie qu'il n'y a pas de point de défaillance unique.

Mythe n° 7 : le bitcoin est nocif pour l'environnement

L'extraction de bitcoins est un processus qui consomme beaucoup d'énergie. Mais il est difficile d'en déterminer l'impact environnemental. D'une part, tous les aspects de l'économie numérique nécessitent de l'énergie. Réfléchissez au système bancaire mondial dans son ensemble, et à toute l'énergie nécessaire pour traiter les transactions bancaires et pour faire fonctionner les bâtiments administratifs, les distributeurs automatiques de billets, les succursales locales, et bien plus encore. 

La véritable histoire :

  • Une étude récente du fonds new-yorkais Ark Investment Management conclut que « le bitcoin est beaucoup plus efficace que les services bancaires traditionnels et l'extraction d'or à l'échelle mondiale ».

  • Une grande partie de l'exploitation minière de bitcoins est alimentée par des sources d'énergie renouvelable (notamment éolienne, hydroélectrique et solaire). Le chiffre réel varie de 20 % à plus de 70 %, selon leCambridge Bitcoin Electricity Consumption Index (CBECI)

  • Les chercheurs de Cambridge ont conclu : « L'empreinte environnementale du bitcoin n'est au mieux que marginale. »  

  • On peut même plaider que les incitations économiques inhérentes à l'exploitation minière de bitcoins contribuent à stimuler l'innovation énergétique durable, car les mineurs cherchent constamment à augmenter leurs profits en abaissant leurs coûts d'électricité, dans un monde où l'énergie renouvelable devient rapidement l'option la moins chère.

Gagnez des cryptomonnaies gratuitement

Découvrez le fonctionnement des crypto-monnaies et essayez chacune d'entre elles.

Découvrez le fonctionnement des crypto-monnaies et essayez chacune d'entre elles.